Accueil Nutriments Probiotiques : comment ils ont sauvé Lydie (40 ans)
Probiotiques livre nutrition nutri-obs sérieux

Probiotiques : comment ils ont sauvé Lydie (40 ans)

Par Benoit Dauriac
4 commentaires
1

Je voudrais vous raconter l’histoire de Lydie, une “quadra” qui vit à Montpellier.

Elle est anxieuse, un peu dépressive, elle a aussi un problème de thyroïde qui déséquilibre tout son organisme.

Et je ne parle pas de ses soucis digestifs récurrents (reflux, colopathie), et de ses quelques kilos en trop

Bref, niveau santé, ça ne va pas fort, malgré des consultations à répétition et des ordonnances longues comme le bras.

Et puis un jour, son médecin de famille est en vacances… Lydie est obligée de voir un autre médecin, le “jeune” qui fait les remplacements.

Son « ordonnance » est surprenante : il lui conseille simplement d’aller à la pharmacie acheter du magnésium et de se faire conseiller des probiotiques.

Vous connaissez les probiotiques : ce sont des “bonnes” bactéries, comme celles qu’on trouve dans les légumes fermentés, mais à dose plus élevée.

En 4 semaines seulement, la jeune femme était métamorphosée !!

Le pharmacien du quartier, Daniel Sincholle, lui recommande du citrate de magnésium, et, pour soigner sa colopathie, un mélange de lactobacilles et de bifidobactéries à prendre pendant 1 mois et demi.

J’avais le petit espoir qu’ils aient une influence au-delà de la régulation du transit ”, confie le pharmacien.

A peine 4 semaines plus tard, lorsque Lydie retourne le voir, elle est méconnaissable : elle a perdu du poids, elle est détendue et souriante.

Elle n’a pas renouvelé son ordonnance d’anxiolytiques ni ses médicaments pour le reflux.

Lydie reviendra de temps à autre pour son traitement thyroïdien seulement, en diminuant les doses.

C’est ça le “miracle probiotique”: grâce à un médecin et un pharmacien attentifs, la jeune femme a retrouvé forme et vitalité.

Et elle est sortie du cercle vicieux des médicaments anxiolytiques et de IPP (anti-reflux), qui auraient pu lui donner Alzheimer dans 5, 10 ou 15 ans.

Derrière le comptoir de sa pharmacie, le Dr Daniel Sincholle a déjà observé des centaines de métamorphoses comme celle-là, et c’est ce qui l’a poussé à rédiger un petit livre très bien fait, pratique et bien documenté, Le nouveau guide des probiotiques (aux éditions Thierry Souccar).

Dans le corps, le vrai PATRON c’est le microbiote

Mais comment de simples bactéries peuvent agir de façon aussi spectaculaire sur l’organisme ?

Il faut se plonger dans le microbiote (flore intestinale) pour le comprendre.

Dès la naissance, le microbiote est le véritable chef d’orchestre de notre corps : s’il est équilibré, tout se passe à merveille.

En revanche, s’il est malmené, ça tourne vite assez mal !

C’était le cas de Lydie et de la moitié d’entre nous

Des chercheurs ont suivi 229 personnes et les ont séparées en 2 groupes :

  • dans le premier, ceux qui avaient un microbiote “riche” avec un grand nombre de souches bactériennes;
  • et dans le second groupe, ceux dont le microbiote était “pauvre”.

Premier constat : ceux qui avaient un microbiote plus “pauvre” souffraient plus d’états inflammatoires chroniques, de perméabilité intestinale, d’allergies et étaient pour la plupart plus “gros”.

Ces volontaires ont été suivis pendant 9 années. Les problèmes de santé et la prise de poids des “pauvres” s’est accentuée, ceux qui avaient un microbiote “riche” sont restés en pleine santé !!

Ce n’est pas étonnant, on sait aujourd’hui qu’un déséquilibre du microbiote peut entraîner de nombreux problèmes de santé et maladies chroniques :

  • surpoids et obésité, maladie coeliaque, spondylarthrite ankylosante;
  • maladies auto-immunes : diabète de type 1, maladie de Crohn;
  • allergies et eczémas;
  • maladies neurologiques, dépression, maladies neurodégénératives.

Vous vous demandez peut-être ce qu’il en est de votre propre flore intestinale …

Et vous : êtes-vous riche ou pauvre en bactéries ?

Eh bien, je vais vous dire la vérité : selon toute probabilité, votre microbiote est pauvre… et de plus en plus pauvre !!

Le coupable n°1 : c’est notre mode de vie moderne, qui a un effet dévastateur sur la variété de notre flore intestinale.

Des scientifiques ont analysé la flore intestinale de la tribu des Yanomanis, des chasseurs-cueilleurs de la jungle amazonienne, perdus entre le Brésil et le Venezuela.

Cela fait plus de 11 000 ans que ce peuple vit à l’écart du monde… et la diversité du microbiote de ces hommes et ces femmes est restée EXTRAORDINAIRE.

Pas étonnant quand on voit la variété de leur alimentation : racines, poisson, gibier, fruits…

Dans d’autres tribus de chasseurs-cueilleurs, en Afrique, les résultats montrent aussi une grande variété, incomparable avec la nôtre.

Qu’est-ce qui a ravagé ainsi notre flore intestinale ?

Le vrai problème se cache tout en bas de votre Frigo

C’est la faute des hommes du Néolithique… Ils vivaient il y a 10 000 à 12 000 ans avant JC, et ils ont essayé de se rendre la vie plus facile en inventant l’agriculture.

L’agriculture a été à la fois un immense bienfait… et une catastrophe.

En quelques milliers d’années, l’homme ne s’est plus nourri au hasard de ses trouvailles d’une des 50 000 espèces végétales qu’abrite la planète… mais il s’est contenté des 7 000 espèces comestibles cultivées ou cueillies.

Et c’est 1000 fois pire aujourd’hui : on estime que dans notre frigo (dans le compartiment du bas) et dans toute notre cuisine, on ne trouve qu’une trentaine d’espèces.

L’autre partie d’explication : c’est la peur des microbes et des germes, voire l’obsession de la propreté (et en ce moment, c’est pire que jamais bien entendu).

Depuis le début du XXe siècle, nous nettoyons TOUT à l’eau de Javel… et ce n’est pas tout : nous nous lavons les mains 10 fois par jour avec du savon… on fait la vaisselle avec des détergents…

Même l’eau que nous buvons est totalement purifiée par le chlore !!

Il y a aussi moins de contact avec les animaux et la terre, qui augmentaient le nombre de bactéries auxquelles nous étions confrontés.

Le simple fait de jardiner envoie dans l’air des milliers de bactéries que nous ingérons par mégarde et qui augmentent la diversité de notre microbiote.

Voilà pourquoi, à moins de vivre avec une des dernières tribus de chasseurs-cueilleurs, vous avez beaucoup de chance d’avoir un microbiote pauvre… et déséquilibré :

Ces 7 signes doivent vous alerter

Si vous voulez en avoir le coeur net, voici quelques signes qui doivent vous alerter sur l’état de votre microbiote :

  • Diarrhées après un traitement antibiotique
  • Troubles digestifs chroniques
  • Anxiété ou dépression chronique inexpliquée
  • Vous prenez facilement du poids
  • Vous tombez souvent malade
  • Maladie auto-immune
  • Problèmes de peau

Si c’est le cas, voici ce qui vous reste à faire :

La première chose, c’est d’arrêter de TUER vos bonnes bactéries.

  1. Le premier réflexe pour tenter de “soigner” votre flore intestinale, c’est d’arrêter d’avoir peur des microbes, de tout laver, de vous laver les mains tout le temps avec des produits détergents…
  2. Evitez à tout prix les dentifrices au triclosan, un produit chimique qui détruit toute la flore buccale, ainsi que les bains de bouche antiseptiques.
  3. Et bien sûr, évitez autant que possible les médicaments et les antibiotiques, quand ils ne sont pas absolument nécessaires.

Mais si vous voulez retrouver une belle flore intestinale, alors il va falloir agir sur votre alimentation.

Attention, ce n’est pas une mince affaire : pour trouver des probiotiques dans notre alimentation moderne, il faut s’accrocher !!

Même les aliments traditionnellement fermentés comme les cornichons, le vinaigre, la choucroute ou la bière ne contiennent plus de bactéries vivantes une fois emballés et conditionnés pour les supermarchés…

En revanche, si vous cherchez une manière facile de faire le plein de probiotiques, prenez un bon yaourt nature bio (au soja si vous ne tolérez pas les produits laitiers) et mangez-le avec un fruit, une poire par exemple :

  • Les fruits se chargeront de vous apporter plein de fibres prébiotiques, qui vont nourrir les bactéries du yaourt, peu de calories, mais aussi beaucoup d’antioxydants et de polyphénols ;
  • le yaourt, lui, vous amène beaucoup de bonnes bactéries probiotiques comme Lactobacillus bulgaricus, Streptococcus thermophilus, mais aussi des protéines, du magnésium, du calcium, du potassium, de la vitamine B12 !

Et puis, il y bien sûr les compléments alimentaires de probiotiques !

Il y en a beaucoup à la vente, des bons et des moins bons,  je vous en reparlerai une autre fois, en détail.

N’oubliez pas non plus les enzymes digestives, dont je vous ai déjà parlé.

C’est pareil, on en manque TOUS.

Je recommande vraiment les enzymes digestives à celles et ceux qui ont du mal à digérer, notamment les graisses.

Si possible, choisissez un complexe enzymatique associé à des plantes digestives comme l’artichaut.

A très vite !

Benoit Dauriac

PS : Si on vous prescrit des antibiotiques, prenez absolument des probiotiques en même temps. C’est le meilleur moyen de compenser les effets indésirables des antibiotiques.

***

Bibliographie : Le nouveau guide des probiotiques, Dr Daniel Sincholle, Thierry Souccar Editions, 2018.

4 commentaires
1

Laisser un commentaire

4 commentaires

SCHIFFNER-BERTHET 2 octobre 2020 - 18 h 01 min

Bonjour Monsieur,
Un document très intéressant dont je vous remercie vivement.
Auriez-vous par ailleurs un probiotique plutôt qu’un autre ou un ouvrage spécialisé à me conseiller?
Je vois qu’il y a le livre du regretté Thierry SOUCART mais personnellement que pourriez-vous me donner comme conseil à ce sujet ? D’avance je vous remercie.
Meilleures salutations .

Mme SCHIFFNER-BERTHET

Répondre
Catherine Robert 2 octobre 2020 - 18 h 44 min

Bonjour, je suis exactement dans le même cas que Lydie… quels probiotiques me conseillez vous ? Merci pour votre réponse. Cordialement Catherine

Répondre
Élise 5 octobre 2020 - 14 h 02 min

N’oublions pas de préciser que nos conditions de naissance (césarienne ou voie basse), le fait de faire du peau à peau et l’allaitement sont nos premières sources d’un microbiote au top. On aurait répertorié environ 700 espèces de bactéries différentes dans le lait humain…

Répondre
Bazil 18 octobre 2020 - 0 h 33 min

Bonjour Monsieur, Je vous remercie infiniment pour votre travail « d,education pour une bonne sante’ a travers vos lettres d,informations, pleines de conseils et de sagesse. Le Kefir est il bon comme le Yaourt ? Bien a Vous. Chaleureuses Salutations

Répondre

Articles similaires