Accueil Nutriments Caché dans votre frigo, voici 1 des pires ennemis de votre santé
Nutrition Nutri Obs

Caché dans votre frigo, voici 1 des pires ennemis de votre santé

Par Julie Taglioni
31 commentaires
1

Ressentez-vous parfois l’un de ces symptômes ?

  1. Des ballonnements ou des maux de ventre, parfois dès le réveil.
  2. Le sentiment d’avoir tout le temps soif, la gorge et la bouche sèche, même après avoir avalé un grand verre d’eau.
  3. Vous devez faire de gros efforts pour vous concentrer, pour penser sérieusement et réfléchir posément.
  4. Vous avez un sommeil agité, souvent entrecoupé par de fréquentes envies d’uriner.
  5. Vous avez du mal à perdre du poids, vous sentez votre corps « gonflé », et avez parfois les pieds ou les mains enflés.
  6. Il arrive même que vous aillez des bourdonnements dans les oreilles.

Si vous observez un ou plusieurs de ces signes, alors on vous a déjà sûrement conseillé de réduire votre consommation de sel.

Depuis 45 ans, on mange beaucoup trop de sel.

Le problème, ce n’est pas le sel qu’on ajoute à nos plats pour les assaisonner.

Le problème, c’est le sel qu’on ne met pas.

Celui qui n’est pas dans la salière, mais qui est caché.

Oui, la majorité du sel que nous avalons chaque jour est INVISIBLE.

On en trouve dans pratiquement tous les aliments industriels, et même… tenez-vous bien… dans les médicaments.

Faisons un petit test. D’après vous, lesquels de ces produits contiennent du sel ?

Ici c’est relativement simple.

TOUS.

Mais parmi ces produits-là, c’est plus compliqué :

La réponse : ils contiennent absolument TOUS du sel, que ce soit des aliments salés ou sucrés !

Et parfois en quantité astronomique.

Dans 1 verre d’eau gazeuse « Saint-Yorre » par exemple, on trouve plus de 1g de sel.

C’est déjà beaucoup trop.

Surtout quand on sait que l’OMS recommande de consommer moins de 5g de sel par jour.

Après, je ne dis pas qu’il faut jeter votre bouteille d’eau gazeuse à la poubelle. Il faut simplement bien la choisir.

Car la teneur en sel dépend beaucoup des marques.

L’eau pétillante Salvetat par exemple est 250x moins salée que la Saint-Yorre !

Mais la quantité de sodium dans votre bouteille n’est pas le seul paramètre à surveiller : les teneurs en autres minéraux sont aussi à prendre en compte.  

Plusieurs études montrent que les effets potentiellement nocifs du sel peuvent être en partie neutralisés par des apports significatifs en calcium, magnésium et potassium.

Ce que votre corps réclame, c’est l’équilibre.

L’idéal est de privilégier une eau gazeuse dont la quantité de sodium par litre n’excède pas 200mg.

Car on sait très bien que la surconsommation de sel est liée à de nombreuses maladies :

  • Hypertension, maladies cardiovasculaires
  • Ostéoporose…
  • Des recherches ont mis en lumière son rôle dans l’augmentation de la fréquence des cancers de l’estomac.
  • Et il semblerait même qu’il soit lié à l’apparition de certaines maladies auto-immunes comme la sclérose en plaques.

Alors la vraie question à se poser c’est…

Pourquoi on continue à manger si salé en France ?  (2 explications)

Il y a une explication culturelle, et une autre très pratique, mais elles sont toutes les 2 liées à notre Histoire.

En se sédentarisant, l’Homme a renoncé à se nourrir exclusivement d’aliments frais, et à commencer à vouloir les stocker et les conserver.

Très vite, les différentes civilisations ont compris l’intérêt du salage pour préserver leurs denrées alimentaires.

Les Romains et les Égyptiens utilisaient déjà le sel pour faire des réserves en périodes de récolte, et résister aux famines.

C’était un additif de première nécessité et un élément de survie.

Si précieux qu’au Moyen-Âge, cet « or blanc » est carrément devenu un impôt !

Le sel faisait l’objet d’un monopole royal, et la population devait l’acheter en toutes petites quantités dans des « greniers à sel ».

Mais aujourd’hui nous avons des réfrigérateurs, des congélateurs et des camions frigorifiques.

La chaîne du froid est respectée : nous n’avons plus besoin du sel pour protéger nos aliments.

On pourrait donc s’en passer.

Pourquoi ne le fait-on pas systématiquement ?

D’abord parce que le sel est… délicieux !

Il éveille les papilles et rehausse les saveurs.

C’est pourquoi les industriels en usent et abusent dans leurs produits – il sert aussi à masquer le caractère insipide de certains aliments.

Il est donc nécessaire de décrypter les étiquettes pour sélectionner les aliments qui contiennent peu de sel.

Mais attention : il ne faut pas complétement bannir le sel de votre alimentation.

Sinon, vous risquez de manquer de sodium.

Ce que votre corps réclame, encore une fois c’est l’équilibre.

Maladies cardiaques : un régime sans sel augmenterait de 92,5% le risque de mourir

C’est ce qu’a montré une étude récente menée auprès de patients souffrant d’une maladie cardiaque.

Elle a été publiée dans le Journal of the American College of Cardiology : un régime pauvre en sel augmenterait de 92,5% le risque d’hospitalisation et de décès.

C’est ce qu’on appelle le « paradoxe du sodium ».

Quand les apports en sel sont trop faibles, notre organisme réagit bizarrement.

Il produit des substances (comme l’angiotensine) qui stimulent la réabsorption du sodium au niveau des reins.

Malheureusement, ces substances sont potentiellement dangereuses pour le cœur et les artères.

En croyant bien faire, on se fait du mal !

Car le sel est aussi… vital

En petite quantité, il est indispensable au bon fonctionnement de notre organisme.

Sans lui, la machine tourne au ralenti.

Sa principale qualité c’est qu’il retient l’eau.

Il permet donc à notre corps d’être toujours bien irrigué et garantit une bonne hydratation des cellules.

L’eau de notre organisme peut donc assurer ses grandes fonctions :

  • participer au métabolisme (transport des globules, des nutriments…)
  • éliminer des déchets (urine, transpiration)
  • maintenir la température corporelle

Il faut donc faire attention à ne pas complètement supprimer le sel de son alimentation, au risque de se retrouver en carence de sodium !

Et il y a un autre problème lié au sel, c’est l’iode.

Dans votre salière, une protection « anti-crétins »

Vous l’avez peut-être remarqué : dans n’importe quel sel de table qu’on achète, il n’y a pas « que du sel ».

Il y a aussi de l’iode.

L’iode, c’est un oligo-élément absolument indispensable à la fabrication des hormones thyroïdiennes.

Ce sont elles qui régulent la croissance et contribuent au développement cérébral.

Si on en manque, on peut développer de graves maladies de la thyroïde et des troubles cognitifs.

C’est d’ailleurs ce qu’il s’est passé au milieu du XIXème siècle : la carence en iode était tellement répandue qu’on peut parler d’une véritable épidémie.

On estime que plus de 20 000 personnes étaient concernées par ce qu’on appelle aujourd’hui le « crétinisme ».

Affligés d’un goitre, combiné parfois à une petite taille, un retard mental ainsi que des problèmes de surdité et de mutisme, ils habitaient principalement dans les régions montagneuses.

Voilà pourquoi on les appelaient les « Crétins des Alpes ».

A cette époque, le lien entre leur pathologie et la carence en iode n’est pas encore démontré.

Ce n’est que plus tard, à partir de 1922, qu’une mesure de santé publique est prise pour tenter d’éradiquer le crétinisme.

Elle consiste à enrichir en iode un aliment consommé par tous : le sel de table.

C’est donc une raison de plus pour ne pas complètement bannir le sel de notre alimentation.Encore une fois, tout est question d’équilibre.

La question à se poser maintenant c’est…

Et vous : mangez-vous trop salé ?

Ce n’est pas évident de savoir, c’est même quasiment impossible.

Entre le sel que vous ajoutez vous-même dans votre assiette et le sel « caché » un peu partout dans nos aliments, c’est difficile de savoir quand on dépasse le seuil critique.

La solution, c’est de naviguer avec bon sens, et d’adopter quelques bons réflexes :

  1. Évitez par exemple de mettre systématiquement la salière sur la table,
  2. Prenez l’habitude de goûter votre plat avant de le saler,
  3. Vous pouvez aussi essayer de cuisiner sans sel, et utiliser à la place des épices comme le poivre, le curry ou le curcuma.

En plus, c’est délicieux !

Les premiers jours, vous trouverez les aliments insipides et sans saveur.

C’est normal.

Vous êtes en train de modifier votre seuil de perception du goût salé au niveau du cerveau.

Mais croyez-moi : au bout de quelques semaines, vous serez complètement habitué.

Vous ne pourrez même plus supporter un plat trop salé.

A ce moment-là, vous aurez gagné la partie.

Vous protègerez vos artères, et votre risque de cancer de l’estomac sera beaucoup plus faible.

Et vous apprécierez d’autant plus les quelques grains de fleur de sel que vous mettrez occasionnellement sur vos plats.

Et vous, faites-vous attention à votre consommation de sel ?

Vous pouvez apporter votre témoignage et transmettre vos questions en cliquant ici !

A très vite !

Julie Taglioni

Bibliographie :

  • https://www.lanutrition.fr/interviews/exces-de-sel-comment-tout-a-commence
  • Dr Jean-Paul Curtay, Les Dossiers de Santé & Nutrition, L’eau : Bien s’hydrater sans s’empoisonner
  • Dr Michel De Lorgeril, « Le nouveau régime méditéranéen ».
  • Dr Olivier Coudron, « Guide des ordonnances de nutrition »
  • Antoine De Baecke, « Histoire des crétins des Alpes »
  • Dr Frédéric Saldmann, « Le Meilleur Médicament, c’est vous ! »
  • Njeri Karanja, Acceptability of Sodium-Reduced Research Diets, Including the Dietary Approaches to Stop Hypertension Diet, among Adults with Prehypertension and Stage 1 Hypertension. Journal of the American Dietetic Association Volume 107, Issue 9 September 2007 pages 1530-1538

31 commentaires
1

Laisser un commentaire

31 commentaires

JEAN-PAUL GALZIN 2 avril 2021 - 9 h 44 min

BRAVO ! Votre analyse et vos conseils sont tout à fait pertinents !

Répondre
Le Guern 2 avril 2021 - 10 h 28 min

Sel de guerande ou sel de Himelaya ?
Quelle est la moins toxique ????

Répondre
Spirlet 3 avril 2021 - 22 h 04 min

L’himalaya vient de la montagne et est rose et n’a pas d’iode

Répondre
Stefan 2 avril 2021 - 10 h 30 min

Excelent Julie !!
Stefan

Répondre
Brouquières nicole 3 avril 2021 - 7 h 30 min

Bonjour Madame.
Oui .je fais attention de ne pas manger trop salé.
J ai un grave problème d ostéoporose et d Arthrite et j ai très mal partout.
Je ne sais que faire pour me soulager.
Si vous avez des réponses à me donner ..je vous en serais très reconnaissante. Merci bcp.

Répondre
Marie-Francoise DONDEY 2 avril 2021 - 10 h 34 min

Je ne sais quel’eau des pâtes sinon curcuma poivre ail ail des ours et piment parfois tout ça dans les légumes et un peu de Tamari qui est salė

Répondre
BLANC JEAN-FRANÇOIS 2 avril 2021 - 11 h 22 min

Bonjour,
vous oubliez de dire que vous parlez du sel raffiné qui ne contient que du chlorure de sodium (avec ajout d’iode ). Le sel complet contient plus de quatre vingt minéraux et oligoéléments : ce n’est pas le même produit .
Il est important que les gens qui parlent du sel précisent bien : sel raffiné .
C’est ce qui fait sa nocivité.
Cordialement : JF Blanc

Répondre
Philippe MASCAUD 2 avril 2021 - 12 h 27 min

Votre édito contient une erreur très coutumière dans la population.
La ST YORRE ne contient pas (ou très peu) de Chlorure de Sodium (Na Cl) mais du Carbonate de sodium et cela fait toute la différence !! Le « sel » suivant est du Chlorure de Magnésium, toujours pas du NaCl.
Cette erreur est permanente chez les détracteurs de la ST YORRE qui est une des meilleures eaux minérales pour les traitements hépatico-biliaires.

Répondre
brigitte prior 2 avril 2021 - 12 h 59 min

non et je manque d’iode comme beaucoup de personnes

Répondre
Chavernac 2 avril 2021 - 13 h 20 min

Je consomme en moyenne 0,5g/jour de sel. Je le remplace par des épices. Aucun plats industriels.

Répondre
A. de Maistre 2 avril 2021 - 13 h 22 min

Depuis plus de 30 ans je ne prends plus que le Low Salt 66% de sodium en moins qui est en vente dans tous les supers marchés. Je n’avais pas de problème de santé mais pour éviter de manger du sel. normal en trop. en effet pour le gros sel de cuisson j’ai toujours pris du sel de mer gris mais aujourd’hui avec les métaux lourds dans la mer j’ai commandé le gros sel rose de l’Himalaya que je n’ai pas encore gouté.

Répondre
KUHN Jean-Paul 2 avril 2021 - 14 h 02 min

L’hypertension n’est pas une maladie à combattre , mais c’est la conséquence d’erreurs et de fausses croyances qui n’atteignent pas leur but recherché : la santé . Quand j’ai supprimé le médicament « contre l’hypertension » il y a 12 ans , mon corps s’est tout-à!coup mis a se désintoxiquer pendant 1 an , en finissant toutes les maladies qui avaient étés bloquées pendant plus de 20 ans, à cause de ce « bon » médicament naturel , si vanté par mon « bon » médecin chéri , que j’ai aujourd’hui l’impression que le médecin à utilisé mon ignorance pour m’empoisonner en cachette .

Répondre
Spirlet 3 avril 2021 - 22 h 13 min

Ahh je vous admire!! Comme vous écrivez si bien de ceux qui nous empoisonnent en cachette et qui au passage s’en mettent plein dans les poches…

Répondre
france.spirlet@gmail.com 2 avril 2021 - 14 h 13 min

Bonjour, je vous informe au concernant toutes les boissons minérales gazeuses ou plates étaient vendues en pharmacies et recommandées par les médecins pour des patients ayant certaines pathologies à soigner, car les cures n’etaient pas remboursées par la sécurité sociale, à l’epoque Dans les années 40/50. C’est pour cela qu’il ne faut pas abuser des eaux minérales tout les jours, et prendre de l’eau de source, c’est ce que me disait ma grand mère et plus je vérifie ce qu’elle disait de son vécu et son expérience elle avait bien raison . Mais elle ne savait pas ce qui nous attendrait dans le futur.
Pour ma part je ne critiquerais pas les eaux st yorre ou vichy célestin car elles sont très efficaces pour se soigner , et notamment pour digérer , mais ne pas en abuser , par exemple certaines nourritures soignent, mais il ne faut pas en manger tout le temps, car gare au intestins, mais à ce jour il n’y a plus grand monde qui recherche pourquoi y avait il des publicités vantant certaines eaux minérales justement pour se soigner
Cordialement
France

Répondre
Sybil Dominiq 2 avril 2021 - 15 h 02 min

Excellents conseils très pertinents,Merci infiniment,quand j’ ai la chance de recevoir mes mails..

Répondre
Michel Sanfacon 2 avril 2021 - 15 h 18 min

On ne parle pas du sel de mer qui ne contient pas d’iode.

Répondre
Mélodie MALLIARAKIS 2 avril 2021 - 15 h 20 min

Pour avoir pratiqué l’alimentation macrobiotique j’ai souvent utilisé le sel sous forme de « gomasio » ou de
« tamari » beaucoup plus utilisable sous cette forme que le sel de cuisine trop dur qui ne passe pas la membrane cellulaire et par conséquent ne pénètre pas à l’intérieur de la cellule ! Cet inconvénient fait du sel un ennemi que l’on évite de consommer alors que pris sous une forme plus assimilable il
devient un ami voire un allié de la santé.

Répondre
Roux Elise 2 avril 2021 - 15 h 40 min

En Alimentation, rien n’est interdit dés l’instant ou il est naturel, tout est une question de mesure….. Etre raisonable en tout rendra notre corps correctement actif en tout !!!

Répondre
MAIZRAT 2 avril 2021 - 17 h 31 min

bonjour MICHEL DU HAUT DE FRANCE JE MANGE PAS TROP salé je fait attention dans mon manger je ne rajoute pas de sel je suis diabétique 2

Répondre
Dominique Favreau 2 avril 2021 - 20 h 21 min

Désolée, ça n’est pas vous qui avez enployé le terme News Letter. contre lquel je protest.. je retire ma remarque… mais vous pouvez quand même la considéer au cas où… Merci encore de vos informations pertinentes et sans intention publicitaire

Répondre
CASIMODO Claudius 2 avril 2021 - 21 h 43 min

Chère Julie, Merci beaucoup pour vos conseils précieux concernant notre absorption de sel . Le traitement concernant l’ hyper tensions que m’ avais conseillé mon médecin je l’ applique depuis plus d’ une dizaine d’ année . Mais j’ ai le tord je crois de ne plus me soucier de régulièrement contrôler ma tension. Certes je vais bien ,mais chaque fois que je vais chez un toubib, il me fait remarquer que celle-ci est toujours élevée. Que dois-je conclure ? Je remarque quelques symptômes que vous décrivez : mal au ventre , sommeil dérangé la nuit ,remonté de gaz etc…ne serais-ce pas l’ âge de mes artères ? car j’ ai dépassé les quatre fois vingt ans .Le corps ou la mécanisme commence à clignoter. Le corps s’ use lentement mais surement .

Répondre
marie pelissier 3 avril 2021 - 14 h 18 min

Le sel bio, acheté en vrac, je ne sais pas s’il est supplémenté en iode???Je pense que non…Mais??? en tout cas merci pour cet article. MP

Répondre
Spirlet 3 avril 2021 - 21 h 59 min

Quand j’ai eu mes cinq enfants entre 1976 et 1991, avant de sortir de la clinique après avoir accouché les nourrissons devaient avoir eu leur test de Guttrie qui était un prélèvement d’une goutte de sand prélevé à leur talon pour analyser si ils avaient la maladie de guttrie d’ou Le nom du médecin qui a découvert la maladie du cretinisme . J’ai connu une personne dans ma famille qui l’avait car non détectée en sortant de l’hopital et cachée jusqu’a ses vingt ans par honte vis à vis de la société car c’est un réel handicap , il suivent un traitement à vie avec des doses d’iode , bien régulées avec des analyses très régulières pour les contrôler, mais certains ont une tres bonne mémoire un peu comme l’autisme.

Répondre
Nunes 4 avril 2021 - 11 h 33 min

Je vous répondrais lors que je recevrais l’échange que j’ai renvoyé .
Merci
Cdt.
C.N.

Répondre
Marie Thérèse Fessy 5 avril 2021 - 9 h 06 min

Merci ! Cela dit, il est difficile de savoir la bonne quantité à ingérer quotidiennement.

Répondre
Rustarucci 5 avril 2021 - 11 h 48 min

Excellent conseils j’adhère !
Ringrazu

Répondre
Michel 6 avril 2021 - 11 h 41 min

La Vichy St Yorre titre 1100 mg/l de sodium soit 1,1 gramme/litre et non 1 gramme/verre !!!

Répondre
BOULANGER 6 avril 2021 - 18 h 25 min

Très bonne information.
Sauf oubli, mon épouse sale peu.
Si ce n’est pas salé je n’en mets pas (il n’y a pas de salière sur la table sauf s’il y a d’autre convive) mais si c’est trop salé ça ne me gène pas.

Répondre
Levieux 2 juin 2021 - 12 h 22 min

Bravo pour cet article !
80% des personnes manquent d’iode dans le monde et on interdit aux pharmaciens de vendre de la teinture d’iode pour réduire les carences !
Bien sûr, c’est pour notre bien ! Big Pharma préfère une masse de crétins à regarder la Télévision et obéir à sa dictature que des Citoyens qui recherchent la Vérité ! ( et qu’on insulte en les traitant de complotistes ! )
De temps en temps, nous passons de la teinture d’iode sur les jambes avec un coton.
Le lendemain matin :
– les jambes sont blanches = carence = en remettre,
– les jambes sont restées jaunes = pas de carence = pas de problèmes de thyroïde ni de crétinisme.

D’autre part, ma pauvre Maman, cardiaque, a dû subir les dictats de la médecine scientifique en mangeant tout sans sel et j’apprends maintenant que cela fait mourir dans 92.50% des cas ! Cette médecine est corrompue et ne respecte pas son Serment d’Hippocrate !

Répondre
Russell 8 juillet 2021 - 19 h 30 min

J’ai bien aimé le papier sur le choux, et je ne connaissais pas tout ses vertus, bien que l’on en mange souvent cru dans la famille ( Cole slaw) tant mieux !

Répondre
VICTORINE TIBERGHIEN 16 septembre 2021 - 9 h 47 min

Il vaut mieux s’habituer à manger sans sel pour éviter les maladies car il est impossible de contrôler les quantités de sel inclue dans des aliments prêts à la consommation.

Répondre

Articles similaires