Accueil Maladies Okinawa : les ravages du meilleur régime au monde
régime okinawa

Okinawa : les ravages du meilleur régime au monde

Par Julie Taglioni
17 commentaires
3
Vous avez sans doute déjà entendu parler d’Okinawa ?

Cela fait plus de 40 ans que les scientifiques étudient cet incroyable archipel de 160 petites îles, situé entre Taïwan et le sud du Japon.

Et ce n’est pas pour ses plages paradisiaques, ses eaux translucides, sa végétation luxuriante…


Cet archipel est le paradis secret des super-centenaires depuis de nombreuses années ! 

Sur un rocher, on a même retrouvé une inscription ancienne qui est devenue un adage parmi les centenaires de l’archipel : 

« À 70 ans, vous n’êtes qu’un enfant ;
 À 80 ans, vous êtes à peine un adolescent ;
 Et à 90 ans, si les ancêtres vous invitent à les rejoindre au paradis, demandez-leur d’attendre jusqu’à 100 ans, âge auquel vous reconsidérerez la question ».

Car il y a encore peu, l’archipel détenait le record mondial de longévité avec près de 2x plus de centenaires qu’en France

  • Là-bas, on comptait 53,8 centenaires pour 100 000 habitants contre seulement 26 centenaires pour 100 000 habitants en France. 
  • Et l’espérance de vie y était la plus élevée au monde¹. 

Okinawa fait partie du cercle très sélectif des “zones bleues” : des territoires possédant un taux anormalement élevé de centenaires.

Dans le monde, on en dénombre seulement 5 : 

  • Il y a Okinawa, 
  • mais aussi Barbagia, une région située au centre de la Sardaigne, 
  • Loma Linda, une petite ville Californienne,
  • Ikaria en Grèce 
  • et Nicoya, une ville de la province du Guanaste, à l’Ouest du Costa Rica. 

Pendant des décennies, Okinawa a dominé le classement mondial de la longévité.

Mais ces dernières années… ce n’est plus le cas !

Le Japon est toujours en tête des pays où la longévité est la plus longue, mais depuis 2015 la région d’Okinawa a été largement rétrogradée dans le classement. 

Sur 47 régions japonaises, elle est même passée de 1ère du classement… à 27ème !

Que s’est-il passé ?

Je vais vous dire dans 3 minutes ce qui a tout gâché….

Mais avant, il faut bien comprendre pourquoi cet archipel concentre autant de centenaires et ce que vous pouvez faire pour profiter de ce mode de vie exceptionnel.


De nombreuses recherches ont démontré que la longévité des centenaires d’Okinawa reposait sur “les 3 piliers de la vie”.  

  • Pilier n°1 : garder une activité physique régulière 

Jardinage, marche à pied, croquet, danse, tai-chi, karaté… presque tous les centenaires d’Okinawa pratiquent une activité physique quotidienne. 

C’est ce qui leur permet de maintenir une bonne mobilité et de rester en forme jusqu’à un âge avancé. 

Dans son livre “Okinawa – Un programme global pour mieux vivre”, le Dr Jean-Paul Curtay donne de nombreux exemples : 

  • Seiryu, un fermier de 105 ans qui cultive son jardin et vend ses légumes à des restaurants ;
  • Rinsei Tamaki, 100 ans, qui donne des spectacles de chant et de danse ;
  • Ukin Tome, 95 ans, qui marche 1.5 km chaque matin pour se rendre à la maison d’édition où il travaille ;
  • Ou encore Uehara Seikichi, un enseignant de “matududundi” (une forme de karaté), qui, à l’âge de 100 ans, a battu un ancien champion du monde de boxe lors d’un match légendaire².

  • Pilier n°2 : le maintien de solides liens sociaux

Le deuxième point commun des centenaires d’Okinawa est une vie sociale riche et bien remplie. 

Tous ont des liens étroits avec leur famille, leurs amis et les communautés auxquels ils appartiennent. 

Or, des recherches montrent que la solitude, qu’elle soit réelle ou psychologique, constitue un facteur de risque cardiovasculaire aussi puissant que le tabac, l'hypertension ou l’excès de mauvais cholestérol.

Une étude suédoise conduite sur 17 000 hommes et femmes a même observé une mortalité quadruple, indépendamment de l'âge et de la santé, chez les personnes peu intégrées socialement. 
 

  • Pilier n°3 : un régime alimentaire sain et équilibré, composé de super-aliments

C’est sans aucun doute le pilier le plus important de la longévité des Okinawaiens.

Alors, à quoi ressemblent les repas des centenaires de l’archipel ?

  1. L’alimentation est locale, variée, riche en plaisirs gustatifs… et surtout peu calorique 
  2. Ils privilégient les “super-aliments” antioxydants et détoxifiants, comme les fruits et légumes, les légumineuses, le soja, le thé vert, le curcuma et les algues. 
  3. Les viandes sont délaissées au profit de poissons frais et de produits à base de soja, comme le tofu. D’ailleurs, Okinawa est la région du monde où l’on consomme le plus de soja (2x plus qu’au Japon).
  4. Et enfin, on limite la consommation de produits laitiers, de gluten, de sucre et d’alcool. 

Mais ce n’est pas tout, car les centenaires de cet archipel appliquent également le hara hachi bu me (腹八分目). 

Ça signifie littéralement « la règle du ventre à 80 % ».

C'est un principe selon lequel on modère la quantité d’aliments ingérés en arrêtant de manger à 80% de satiété.

L’objectif est d’être en légère restriction calorique sans pour autant compter ses calories.

Et vous allez voir que ce mode d’alimentation a largement fait ses preuves… 


Plus de 500 études scientifiques ont démontré les bienfaits du régime Okinawaien sur la santé³ : 

Il y a tout d’abord la réduction du risque de maladies chroniques comme le cholestérol, le diabète, les maladies cardiovasculaires, le cancer du côlon, le cancer de la prostate et le cancer du sein.

Mais aussi : 

  • La diminution de la polyarthrite rhumatoïde ;
  • L’élimination des kilos superflus avec une perte de poids moyenne de 18% chez les hommes et de 10% chez les femmes ;
  • Et une baisse de 20% de la pression artérielle. 

Tous les chercheurs sont unanimes : la diète Okinawaienne permettrait de ralentir le vieillissement !

Mais aujourd’hui, il y a un gros problème avec ce régime… 


Il a été délaissé au profit des “bombes caloriques occidentales” : 

Les hamburgers, frites, pizzas, donuts, poulet frits, sodas, milk-shake, plats tous préparés et autres produits riches en acide gras saturés, ont aujourd’hui remplacé les “supers-aliments”⁴.

Et les résultats sont dramatiques : 

A Okinawa, 1 personne sur 2 est obèse aujourd’hui !

Avec un IMC supérieur à 25⁵.

Les plus touchés sont les hommes entre 40 et 50 ans, mais aussi… les adolescents, qui détiennent un triste record : 

Celui du surpoids au Japon !

On estime même qu’1 lycéen sur 4 serait atteint de pré-diabète⁶. 

Et la situation empire : plus un habitant d’Okinawa est jeune, plus son espérance de vie diminue. 

A cause des conséquences désastreuses de leur alimentation, les jeunes habitants d’Okinawa vivront moins longtemps que leurs aînés.  

Car désormais, l’archipel connaît des maladies qui étaient jusque-là presque inexistantes : 

Cancers, maladie d’Alzheimer, problèmes cardiovasculaires ou dyslipidémie (une concentration anormalement élevée de triglycérides et de cholestérol).

Et les chiffres sont alarmants : 

  • 50 % des hommes et environ 40 % des femmes souffrent d’hypertension,
  • 10% de la population est suspectée de diabète,
  • Et 15% souffriraient du syndrome métabolique.
En à peine quelques dizaines d’années, l’archipel d’Okinawa s’est complètement transformé : ce n’est plus du tout l’eldorado de jouvence que l’on connaissait jusqu’à présent. 


Les coupables : les Américains

Après la Seconde Guerre Mondiale et jusqu’en 1952, le Japon est occupé par l’armée américaine… mais Okinawa pour des raisons stratégiques reste sous tutelle jusqu’en 1972.

Des centaines de milliers de G.I. américains apportent alors l’american way of life (leur “façon de vivre à l’Américaine”). 

Et leurs désastreuses habitudes alimentaires. 

Aujourd’hui encore, l’archipel détient la plus forte concentration de fast-food du pays⁷ !

Ce phénomène a été observé partout où l’alimentation moderne a remplacé les régimes traditionnels : 

Des populations qui pendant des milliers d’années ont eu un régime alimentaire sain, se sont ruées sur des aliments dits “occidentaux” après l’ouverture de leur région au reste du monde : 
  • Les Inuits du Canada sont en quasi “génocide” alimentaire avec un taux d’obésité de 26% et un taux de surpoids de 30%⁸ ;
  • Dans les îles des Caraïbes, on compte un quart de la population en obésité, soit 6,6 millions de personnes⁹ ;
  • Et même chose en Polynésie : 70% de la population adulte est en surpoids dont 40% au stade d’obésité… plus rien à voir avec les « vahinés » de Paul Gauguin.


Plus proche de nous : le paradoxe de la Grèce

Ce pays dont les habitudes alimentaires ont été prises pour modèle dans le monde entier grâce au célèbre régime méditerranéen ou régime crétois¹⁰… 

… Est aujourd’hui l’un des pays d’Europe où le taux d’adultes obèses est le plus élevé !  

C’est pareil en Italie, Espagne, Portugal, Malte, Chypre… 

Tous ces pays dont s’inspire le fameux régime méditerranéen observent des taux d’obésité infantile catastrophiques.

Près d’un tiers des enfants de 2 à 4 ans seraient en surpoids¹¹. 

Comme à Okinawa, le régime méditerranéen a été liquidé par l’alimentation moderne et un mode de vie sédentaire. 


Découvert en 1958, il a presque disparu

C’est Ancel Keys, professeur en santé publique au Minnesota, qui fait le lien pour la première fois entre le régime alimentaire, le mode de vie et l’augmentation des maladies cardiovasculaires

Pendant 15 ans, il a comparé le taux de mortalité cardiovasculaire et les habitudes alimentaires de 7 pays : les Etats-Unis, la Finlande, les Pays-Bas, la Yougoslavie, l’Italie, le Japon et la Grèce. 
 

Source : The Minnesota Daily

Et ce qu’il a découvert a fait l’effet d’une petite révolution à l’époque.

Ancel Keys s’est aperçu que les Grecs et les Japonais étaient protégés contre les maladies cardiovasculaires grâce à leur faible consommation de graisses saturées. 

Et depuis, de nombreuses autres études scientifiques ont démontré les bienfaits de la diète méditerranéenne¹² : 

  • Elle prévient les AVC, le cancer du sein et le diabète de type 2 ;
  • Elle diminue le déclin cognitif, réduit le risque de démence et de développer la maladie d’Alzheimer ;
  • Elle abaisse le risque de syndrome métabolique ;
  • Et elle favorise la perte de poids. 

Mieux encore, elle réduirait de 25 % le risque de décès, toutes causes confondues, chez les plus de 65 ans¹³. 

Comment faire au quotidien ?

Dans votre assiette, je vous conseille de toujours privilégier les fruits et légumes (environ 50% de votre assiette), puis d’ajouter environ ¼ de féculents et ¼ de protéines animales ou végétales.



Un dernier conseil : autorisez-vous de temps à autre à « craquer » pour ce qui vous fait plaisir (même si ce n’est pas forcément excellent pour la santé) !

Ça évite les frustrations, et c’est très bon pour le moral. 

Si vous avez déjà adopté le régime méditerranéen ou si vous comptez l’essayer, n’hésitez pas à me faire part de vos impressions ici. 

Promis, je lis TOUS vos commentaires et je ferai tout mon possible pour y répondre au fur et à mesure.

À très vite !

Julie Taglioni
 

Sources :

[1] https://www.ledauphine.com/societe/2021/10/11/quels-sont-les-pays-ou-on-vit-le-plus-longtemps

[2] https://fr.wikipedia.org/wiki/Karat%C3%A9#D'Okinawa_au_Japon

[3] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20234038/

[4] https://www.healthline.com/nutrition/okinawa-diet

[5] http://www.kenko-okinawa21.jp/090-docs-category/bunya/shoku/

[6] https://be-kind.okinawa/problems_okinawa

[7] https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01731970/document

[8] https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/89-653-x/89-653-x2014003-fra.htm#n10

[9] https://scalingupnutrition.org/fr/news/panorama-2019-aggravation-de-la-faim-et-de-lobesite-en-amerique-latine-et-aux-caraibes/

[10] https://www.bfmtv.com/sante/surpoids-1-adulte-sur-2-concerne-en-europe-la-france-parmi-les-pays-les-moins-touches_AN-202107210403.html

[11] https://www.euractiv.fr/section/sante-modes-de-vie/news/lobesite-touche-de-plus-en-plus-deuropeens/

[12] https://www.healthline.com/nutrition/mediterranean-diet-meal-plan#what-is-it

[13]1 https://www.healthline.com/health-news/you-are-never-too-old-for-the-mediterranean-diet#2


17 commentaires
3

Laisser un commentaire

17 commentaires

Évelyne guillemet 2 février 2022 - 9 h 24 min

Dans bcp d article «  les graisses saturées  » sont cités. Serait il possible d avoir une définition de ces produits en language populaire et non scientifique svp. Je ne sais toujours pas les identifier ; et la définition sur Google est incompréhensible .
Merci d avance

Répondre
Brigitte 2 février 2022 - 9 h 27 min

Bonjour
Ce que vous dites est tout à fait exact. Je suis méditerranéene et j.ai 76 ans j.ai converti il y a 55 ans mon époux à ce regime il va avoir 79 ans et lui comme moi ne prenons aucun médicament….nous n.avons pourtant pas une vie monacale mais j.ai toujours apporté pour mes enfants et nous mêmes un soin tres attentif à la nourriture. Quand certains auront compris qu.une nourriture saine est le BAB de la santé ils auront tout compris amicalement
Brigitte

Répondre
Badiu 2 février 2022 - 10 h 50 min

Very interested letter

Répondre
Denise Dermy 2 février 2022 - 12 h 10 min

Ce n’ est pas surprenant.. si pendant des générations une alimentation restreinte leur est imposée les organismes s’adaptent et mettent en place un mécanisme très efficace de compensation de la pauvreté de leur régime alimentaire. Alors dès qu’ils s’alimentent un peu plus substantiellement… ce mécanisme d’optimisation ne peut s’ajuster immédiatement et il faut quelques générations pour se faire.
Les diététiciens oublient que l’abondance alimentaire est un phénomène récent, que les famines – même dues aux guerres – sont en partie limitées par les apports de vivres organisés par l’ONU.
En fait il semblerait que plus on mange moins on assimile !
Au vu de ce que sont capables de dévorer certains Américains lors de leurs concours répugnants de « bouffe « leurs 180 kg ne font pas le poids !

Répondre
Fouillé 2 février 2022 - 13 h 08 min

Merci pour vos conseils,j’ai 78 ans ‘et pratique au maximun toutes vos recommandations.Je suis en pleine forme.
CLAUDINE

Répondre
René AUROUZE 2 février 2022 - 13 h 38 min

Dommage pour les habitants de Okinawa.
Et pour le français que je suis, que pouvons-nous faire ?
René

Répondre
Charlotte 3 février 2022 - 22 h 11 min

Bonjour , je suis passionnée par Okinawa et les régions du monde où les personnes vivent longtemps et en bonne santé, je vous invite à visiter mon blog pour en savoir plus et comment adapter une hygiène de vie de centenaires à notre mode de vie moderne 🙂 http://www.Objectif100.fr

Répondre
Jean pierre Dunand 2 février 2022 - 14 h 34 min

Bonjour
Vous allez dans un supermarché et vous regardez les caddies , et ceux qui poussent les caddies , désespérant mais pour le business carrefour c’est le top , un malheureux poireau coincé sous un tas de nourriture transformée , c’est le quotidien , je ne suis pas vacciné et j’ai 78 ans , il y a bien longtemps que j’ai adopté les 50 %de légumes par jour et je ne supporte plus qu’on me donne des leçons , le 1er vaccin c’est votre propre immunité et manger ce que mangent la plupart des français n’est pas de nature à les immuniser .
Il faut changer de paradigme et revenir au temps d’HIPPOCRATE qui disait que la nourriture doit être ton meilleur médicament.
Le pire reste à venir avec les sodas des jeunes par exemple !!
Les vieux cons dont je fais partie contemple le désastre ….

Répondre
Valayer 2 février 2022 - 15 h 06 min

Pourtant, il y a quelques annees quand le Dr Curtay est allé a Okinawa, il y avait beaucoup de centenaires et il n’avait pas fait mention d’un envahissement de la malbouffe occidentale.

Répondre
TAYLOU 2 février 2022 - 15 h 33 min

J’ai 82 ans. Je mange bio depuis plus de 50 ans. Je ne prends aucun médicament. En hiver, je n’ai ni rhume ni grippe en prenant INFLUENZINUM. Je m’aère tous les jours là où il y a des arbres de préférence. Je reste actif cérébralement et je garde le moral même si Macron a décidé de m'(emmerder jusqu’au bout. J’aime la beauté, le raffinement et je vis avec mon épouse depuis plus de 50 ans.. C’est ma source de jouvence.

Répondre
Mercier Françoise 3 février 2022 - 20 h 08 min

J’ai réalisé récemment que j’avais suivi la diète méditerrané » depuis ma naissance sans le savoir. Je lui dois sans doute un système immunitaire à toute épreuve. A l’épreuve du Covid en tout cas: je viens d’avoir le Delta , avec les simples symptomes d’une petite grippe, malgré mon âge plus que canonique. Il est vrai que je n’avais aucune comorbidité ni, en dehors d’une cararacte, aucune déficience liée à l’âge. Vive le poisson et les légumes (ah les salades composées à la mode méridionale!).

Répondre
Guylaine Monast 22 février 2022 - 9 h 54 min

Je veux bien faire un essai du régime okinawaien merci beaucoup Guylaine Monast

Répondre
Schieste 3 mai 2022 - 16 h 55 min

Lecture très instructif je vous remercie

Répondre
N'djomon Kohi Jean 15 mai 2022 - 15 h 52 min

C’est très intéressant et génial

Répondre
florantin 17 mai 2022 - 23 h 58 min

bonjour à toute l équipe j ai travaillé quarante ans en cuisine avec une bonne connaissance de hygiène alimentaire , et des ingrédients à ne pas faire rentrer dans çà cuisine , tout les produits transformés , les pires (les sauces les jus de viande les fonds déshydratés issues de carcasses traitées par ionisation ( c est à dire irradiation )proposé par forcing au couvert de sécurité alimentaire et facile a utiliser , ce marché distribué par de mauvaises grandes marques coté en bourse , font perdre l âme aux cuisiniers qui les utilisent ! pour vous dire que j ai toujours fait mon jardin , VTT , marche , vol libre , ULM : le secret et sur l assiette et la vie c est l eau dans le verre : bien à vous . Patrick ( 66 ans 12.7 de tension , m enfin !!

Répondre
Bessa 14 juin 2022 - 21 h 00 min

Génial votre article
Je suis adepte de ce régime Okinawa
C’est le meilleur monde de vie

Répondre
PONS MARTINE 12 septembre 2022 - 16 h 38 min

Merci pour tous vos bons conseils, je prends note

Répondre

Articles similaires