Accueil Non classé Année pourrie ? Voici un « remède » complètement fou ! (ça marche)
Optimisme : un sacré remède

Année pourrie ? Voici un « remède » complètement fou ! (ça marche)

Par Benoit
1 commentaire
2

Si on regarde avec un peu de lucidité cet automne et les mois qui arrivent, on a tous de sacrément bonnes raisons de voir les choses en noir.

  1. C’est une des pires saisons de l’année : le temps va devenir gris, froid, pluvieux ;
  2. Des “fous de Dieu” égorgent des honnêtes gens dans la rue ou dans les églises ;
  3. Le covid-19 nous empêche de voir les gens qu’on aime ;
  4. Il va aussi ravager l’économie et ajouter des difficultés dans nos familles ;

On ne sait pas quand on va sortir de ce mauvais cauchemar : lors de la première vague on avait la perspective de l’été…

Mais là… on ne sait même pas si on pourra voir nos enfants, petits-enfants ou parents à Noël.Vraiment, sur le papier c’est une année pourrie…

Mais je vous en supplie, ne désespérez pas.

Au contraire soyez optimiste.

C’est un des « remèdes » les plus PUISSANTS qui existe.

  • Il peut vous aider à faire de grandes choses.
  • A mieux profiter de la vie.
  • A rester en bonne santé.
  • Et même, vous allez le voir, à vivre plus longtemps.

Ce n’est pas moi qui le dis, c’est un des plus brillants chercheurs en psychologie des cinquante dernières années : le professeur Martin Seligman.

Pendant 25 ans, il a étudié de très près le cerveau des personnes pessimistes et celui des optimistes.

Des centaines de milliers de personnes ont subi ses “tests”.

Voici ses conclusions principales :

Les optimistes réussissent mieux :

Dès le plus jeune âge à l’école.

Mais aussi dans les compétitions sportives.

Et surtout dans leur vie professionnelle : les optimistes font de plus “belles carrières” que les pessimistes.

Même chose quand on fait de la politique, on a plus de chance de se faire élire si on est optimiste.

Plus important à mes yeux : les optimistes ont une meilleure santé et vieillissent bien.

Ils sont moins frappés par les maladies qui touchent les personnes âgées.

Et ils semblent même qu’ils vivent plus longtemps !!

Des scientifiques de la célèbre Mayo Clinic à Rochester ont examiné les dossiers médicaux de 839 patients qui étaient venus se faire soigner 40 ans plus tôt.

En épluchant leurs dossiers, ils ont retrouvé les examens physiques et les tests psychologiques qu’ils avaient passés en entrant à la clinique.

Un de ces tests mesurait leur degré d’optimisme.

40 ans plus tard : ceux qui avaient montré un vrai optimisme étant jeunes avaient une longévité supérieure de 19% !

Comment une telle différence est-elle possible ?

Vous allez voir la puissance de ce remède de l’esprit.

Même face à la plus terrible des maladies, le cancer.

Je voudrais vous raconter l’histoire de Daniel, un garçon de 9 ans qui vit à Salt Lake City aux Etats-Unis.

A 9 ans, on lui diagnostique le lymphome de Burkitt.

C’est un cancer de la mâchoire.

Après 1 an de chimiothérapie, les tumeurs progressent toujours.

Son médecin perd espoir.

Ses parents se préparent aussi au pire.

Mais Daniel, lui, ne faiblit pas.

Il a une force intérieure incroyable : il s’est mis en tête de devenir chercheur et de découvrir des traitements pour guérir les maladies incurables.

Malgré le cancer qui le ronge jour après jour et l’affaiblit, son mental reste d’acier.

Il attend juste de voir le grand spécialiste de cette maladie, “un ponte” de la côte Est américaine.

Daniel a hâte de le rencontrer, de lui donner des précisions sur ces symptômes, sur l’évolution de sa maladie.

Rendez-vous est pris : le spécialiste doit venir le voir.

Le garçon sent qu’à eux deux, ils pourraient battre ce cancer.

Le jour “J” arrive : Daniel bouillonne d’impatience et d’espoir.

Mais ce jour-là, un énorme brouillard empêche les avions de décoller.

Le spécialiste ne peut prendre son vol et annule sa visite auprès de Daniel.

Le garçon, qui plaçait tant d’espoir dans cette journée, s’effondre.

Il pleure pendant des heures et le lendemain matin, les infirmières retrouvent Daniel sans énergie.

Vidé.

Depuis le début de sa maladie, il n’a jamais été comme ça.

Rapidement, sa température corporelle monte, il attrape une pneumonie sévère et tombe dans le coma.

Le lendemain, le petit Daniel meurt dans l’après-midi.

Pardonnez-moi cette histoire tragique, rapportée par le Professeur Seligman dans son livre La Force de l’optimisme.

On peut bien sûr penser qu’il ne s’agit que d’un hasard, d’une coïncidence.

Mais peut-être qu’autour de vous aussi vous avez observé ou entendu des décès qui sont survenus après un espoir déçu ou une mauvaise nouvelle.

Ou au contraire des rémissions après de bonnes nouvelles.

En tous cas, toutes les études montrent que plus on est “optimiste” face à la maladie, mieux on arrive à la combattre.

Pendant 5 ans, une équipe de chercheurs a suivi 69 Anglaises atteintes d’un cancer du sein :

  • parmi celles qui n’ont pas eu de récidives, les scientifiques ont retrouvé la plupart de celles qui avaient été combatives et battantes face à la maladie ;
  • alors que celles qui sont décédées ou qui ont subi une récidive semblaient s’être résignées devant le diagnostic.

Alors bien sûr, l’optimisme et les pouvoirs de l’esprit ne font pas de miracles.

N’écoutez jamais ceux qui vous disent des choses pareilles.

Mais on sait que l’optimisme et notre “foi en l’avenir” peut agir sur notre santé, directement.

Et même sur notre système immunitaire.

Des chercheurs australiens ont suivi 26 hommes qui venaient de perdre leur épouse après un accident ou une grave maladie.

Pour étudier l’impact de ce choc affectif sur leur système immunitaire, ils leur ont fait 2 prises de sang : la première 1 semaine après le décès, une autre 5 semaines après le décès.

Qu’ont dit les analyses ?

Dans un premier temps, les cellules T ou lymphocytes se multipliaient moins rapidement que d’habitude. Le système immunitaire fonctionnait moins bien.

Quelques semaines après, il avait repris son activité normale.

Voilà pourquoi, dans cette situation où le bon fonctionnement de notre système immunitaire est capital, il ne faut pas baisser les bras.

Croyez en votre bonne étoile !

Même si on a peu de bonnes nouvelles en ce moment, gardons espoir.

Même si tout paraît sombre et inquiétant aujourd’hui, dites vous que de tout ça il sortira de grandes choses.

Car déjà de grandes choses se sont produites autour de vous ces derniers mois :

Des familles et des couples se sont retrouvés, grâce à cette promiscuité forcée.

Des bébés ont été conçus !

Des oeuvres ont été écrites, imaginées.

Des livres merveilleux ont été dévorés.

Et puis, le temps s’est arrêté, enfin.

Ca fait du bien.

Les avions ont cessé de brouiller notre ciel.

Les animaux ont retrouvé leur quiétude dans les sous-bois.

Même les abeilles ont repris le chemin des fleurs.

Jour après jour, la Nature se reconstruit.

Soyez attentifs : guettez les prochains bienfaits de cette drôle de période.

Notez-les chaque jour dans un petit carnet. Dites-vous que vous avez de la chance.

Et que demain sera encore meilleur.

A très vite !

Benoit Dauriac

PS : De vous à moi, je suis de nature très pessimiste ! Mais je sais que c’est très mauvais pour ma santé, alors je fais de gros efforts.

Et vous ? Avez-vous déjà observé la force de l’optimisme ?

N’hésitez pas à me transmettre vos témoignages ou remarques.

1 commentaire
2

Laisser un commentaire

1 commentaire

Giustiniani 28 novembre 2020 - 15 h 42 min

Tout à fait d’accord il faut être positif au maximum et surtout ne pas s’entourer de gens négatifs.

Répondre